L'histoire des bijoux en bois, métal, pierre et bijoux fantaisie

L'origine du bijoux

Depuis que l'homme a conscience de son apparence et de son rang social, il a toujours cherché à s'embellir par l'utilisation d'ornements corporels peau, peinture et bijoux (fait de bois, de pierre, de fleurs).

De tout usages, symbolique, protecteur, magique, ensorcelant ou signe d'appartenance à un groupe, une tribu, une ethnie, une famille ou un rang social l'homme à toujours eu une créativité débordante et l'histoire du bijoux est de certainement aussi grande que l'histoire de l'humanité.

Vous voulez en savoir plus sur le pouvoir du bois, notre article est ici

 

La Préhistoire

L'usage d'ornements corporels remonte à la nuit des temps, datés des premiers graphismes et documentés en Israël et en Algérie dès le Paléolithique il y a 100 000 à 135 000 ans ! Les bijoux identifiés les plus anciens datent eux, d'il y a 75 000 ans et sont des coquillages percés, trouvés en Afrique du Sud. Selon les études d'Yvette Taborin, il existait à cette époque en Europe 2 types de bijoux :

 

- Les bijoux issus de la collecte:

 bijoux basique fait de coquillages percés, dents d'animaux, griffes et serres, pierres qui étaient accrochés avec des lanières sommaires faites de végétaux ou ligaments d'animaux.

- Les créations: 

bijoux réalisés à la main avec des outils d'époques comme un artisan le ferait par modification de la matière première trouvée sur place tel que les os, le bois, les bois de cerfs, les cornes, l'ivoire.

Il en va de même pour les parures découvertes :

  • Dans la grotte des Pigeons au Maroc - 82 000 ans
  • Dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud -75 000 ans
  • En Europe centrale vers -42 000 ans

Au Néolithique, la perle se développe, façonnée dans divers matériaux tels que le coquillage et l'os et assemblée dans une multitude de formes afin de définir un langage supposé (rang social, statut conjugale, appartenance à une communauté, religion, moyen de communication).

Manchette en cuivre moyen age, forgée à la main

Le bijoux dans l'antiquité

Une première révolution aura lieu avec la découverte du métal mais il prendra son envol avec la découverte des métaux précieux comme l'or, pour lequel on voit se développer les techniques d'orfèvrerie tel que le martelage, découpage, filigrane, la granulation, l'emboutissage et la brasure.

 La bijouterie évolue et se développe tout autour du bassin méditerranéen, avec l'installation des bijoutiers dans des comptoirs d'échanges, afin de trouver de nouveaux clients et d'échanger leur savoir faire ainsi que les nouvelles techniques de la bijouterie. Techniques qui évolueront avec les attentes de leurs clients.

En Europe les Celtes sont les premiers reconnus pour la qualité de leurs bijoux, depuis le Chalcolithique*, la fabrication des bijoux a tenu une place importante dans l'artisanat Celtes qui ont excellé dans leur domaine. Ils développèrent diverses techniques d'orfèvrerie encore utilisées: ciselure, estampage, gravure, poinçonné, découpage à jour, repoussé, cire à fonte perdue, émaux.

Sur le continent américain, les peuples précolombiens, se distinguent avec leur niveau de création surtout avec les pendentifs et leur soif de l'or.

En Afrique la confection de bijoux est déjà un art, art que l'on connait tous que ce soit du bijou à la décoration ou les statuettes, leur maitrise n'a rien à envier aux autres.

*Relatif à la période préhistorique de transition entre le Néolithique et l'âge du bronze. Le chalcolithiques appelé l'âge du cuivre, est donc le premier l'âge des métaux avant l'invention du bronze.

 

Du Moyen-Age à nos jours

Le Moyen-Age connaît une pénurie d'or en Europe en 1320, ce qui conduit au perfectionnement des techniques de dorure et à l'utilisation massive de l'argent. Cette période est particulièrement riche du point de vue du travail de l'or qui n'est plus travaillée en quantité mais en qualité visuelle, du travail de l'émail avec les camées, les glyptiques* les bijoux deviennent énormément riches de détails, de motifs, les inclusions de pierres et de perles sont plus importantes avec l'augmentation des espaces dans les bijoux.

*La glyptiques est l'art de la gravure sur les pierres fines

En France, la mode des bijoux est restée relativement identique pendant de nombreux siècles et réservée à un usage codifié et aux élites tel que l'église, la cour et la noblesse.

Le développement de grandes parures ornées de pierres précieuses soigneusement choisies en fonction du rang et de la personne qui devait les porter.

 C'est la révolution industrielle lors de l'après guerre, du plein emploi, de l'augmentation des salaires et du désir de la population qui va permettre les productions en série et ainsi contribuer à la démocratisation des bijoux .

L'évolution des bijoux en France vous intéresse c'est par ici

Médaillon en noeud de douglas

Les bijoux fantaisie

Lors de la guerre, une demande avait été faite au peuple au travers d'une affiche ou l'on demandait de donner l'or pour combattre l'ennemi "Pour la France versez votre or. L’Or Combat Pour La Victoire", ce qui à tourné les productions en série vers des métaux moins précieux comme le fer, l'aluminium (que l'on retrouvera aussi dans la production de pièces de monnaie appelé en "toc") et le cuivre.

Cette ruée sur les métaux non précieux donne naissance aux bijoux fantaisie.

Autre tournant au 20ème siècle, on donne l'or aux gouvernements pour effort de guerre. Des bijoux plus simples sont alors fabriqués dans des métaux moins précieux tels que le fer, le cuivre ou l'aluminium, c'est la naissance du bijou fantaisie !

L'arrivé du bijoux fantaisie a finit de dresser le tableau des bijoutiers en quatre catégories:

 

  • La bijouterie fantaisie produisant de la petite à la grande série en utilisant des métaux non précieux et des matériaux bas de gamme tel que les plastiques, les alliages et les résines.
  • La joaillerie ou l'on fabrique soit des petites série soit de la pièce unique pour lesquelles l'utilisation est exclusivement composé de pierres précieuses, semi-précieuses ainsi que l'or, l'argent et tout alliage précieux.
  • La bijouterie industrielle ou l'on emploi des matériaux nobles et classique pour un procédé à grande échelle.
  • La bijouterie artisanale qui fabrique en petite série mais dont le cœur du métier reste la fabrication de pièces uniques ou le savoir-faire, le cœur et l'âme de l'artisan bijoutier s'expriment dans des matériaux nobles et moins nobles pour en faire des pièces artistiquement nobles en tout points.

 

Ces dernières années la bijouterie a atteint son apogée, quelque soit le matériaux utilisé, noble ou non c'est l'excellence du bijoutier qui en fait un bijou et non l'excellence de la matière première.

C'est une période inégalée en termes de diversité des matériaux, de richesse de style, il y en a pour tous les gouts, pour toutes les bourses, toutes les occasions et toutes les occasions sont bonnes pour acheter un bijou et se faire plaisir.

Et nous dans tout ça?

Nous, Marion & Laurent nous sommes des artisans bijoutier tourné vers les bois nobles et précieux et les métaux nobles non précieux (bien que tous soient précieux car essentiels à nos vies).

Nous sommes dans une dimension artistique et culturelle qui dépasse le cadre classique de la bijouterie.

La plupart de nos pièces sont dessinées par le bois lui même avec ses formes, ses couleurs, son grains et son histoire mélangé à notre imagination et notre joie de vivre.

Nous sommes des alchimistes de la nature et du savoir faire artisanal Français.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.