L'histoire des bijoux en France

Evolution des bijoux au travers des époques :

L'histoire des bijoux remonte à la nuit des temps, dès l'apparition de l'humanité.

L'appartenance à une classe sociale, un événement joyeux ou une cérémonie religieuse, les bijoux ont toujours eu leur place et leur rôle dans notre milieu.

Nous allons découvrir au travers de cet article l'évolution des bijoux en France.
 

Qu'est-ce qu'un bijou ?

Le bijou est un objet peu importe la matière dont le travail de l'artisan a rendu précieux.

Il ne s'agit pas de ce limiter à la matière d'or mais bel et bien de reconnaître à travers un bijou la précieuse main d’œuvre qui transforme la matière en « or ».

Qu'ils soient de pâte de verre, de bronze, d'argent ou de bois, le travail que nous faisons le rend précieux à l'égal de n'importe quel métaux précieux.

L'intérêt porté à un bijou va au travail de celui qui l'a inventé et il n'y a originalité que là où il y a invention, que là où il y a un effort du créateur.

Quels sont les premiers bijoux ?

Si l'on commence au début de l'humanité, les premiers bijoux étaient fait de pierres, d'os, de végétaux et de coquillages enfilées en collier, car le collier fût l'un des premiers bijou porté par l'homme.

Mais dans notre cas nous allons accélérer un peu le pas et nous attaquer aux premier bijoux en métaux ( si vous voulez en savoir plus sur l'histoire des bijoux cliquez ici)

Les premiers bijoux en métaux connus étaient l'or et le cuivre car ce sont des métaux que l'on retrouvé sous forme de métaux natif, c'est à dire des morceau brut de métal pur.

Viendront plus tard le fer, le plomb, l'étain et l'argent puis par la suite les alliages de métaux.

Les premiers bijoux étaient des colliers rigides appelés torques, réservés aux hommes, aux guerriers mais aussi des bracelets rigides et des ceintures entièrement métalliques (les ceintures métalliques en une seule pièce étaient réservé aux personnes de haut rang).

Tous ces bijoux Gaulois étaient là bien avant l'invasion Romaine.

 

Quels ont été les tendances bijoux au travers des siècles ?
 

Les Gaulois :

A l'époque Gauloise les torques de bronze ou d'or, les bracelets rigides et les ceintures de métal.

Les bijoux étaient brut de matière sans équivoque sur leur poids car à cette époque l'or était foison.
 

Les Romains :

L'époque Romaine fut une amélioration et perfection des bijoux retrouvés à l'époque Gauloise avec l'utilisation de pierres, de camées¹ et colonnettes² en or.

Les fibules prennent une grande partie de l'art bijoutier, faites de bronze ou d'or elles furent perfectionnées et poussées dans leur paroxysme.

Ce fut aussi la propagation des épingles de cheveux

A cette époque les bagues ne faisaient pas partie des bijoux commun chez les Gaulois en revanche les bracelets étaient fabriqués en bronze, en or et en bois on les appelé des ''Maniaké''.

¹Camées : Pierre sculptée en relief montée en bijou, le plus souvent les camées représentent des visages

²Colonnettes : Tube sculpté, (pour le passage d'une chaîne), rappelant la forme d'un colonne
 

Les Gallo-Romains :

Cette époque n'a pas été un art à part entière mais la bague y pris une place beaucoup plus importante ainsi que les boucles d'oreilles en or malléable.
 

Les Mérovingiens – Carolingiens :

L'or tant abondant aux époques précédentes est devenue rare et les bijoutiers se sont donc adaptés pour compenser ce manque de métaux précieux en se tournant vers les placages mais cela ne suffisait pas.

Ils s'en suivi une époque au travail grossier, sur bague typée en chaton entonnoir, chaton tambour et chaton tambour et à grains.

Les bracelets furent complètement abandonnés au profit de manchettes de soie brodées d'or et de perles appelées ''chasse-bras'' quand aux boucles d'oreilles elles se limitaient à un anneau ouvert avec en son bout une pierre ou cabochon en verre.

Le collier disparu petit à petit au profit des fibules qui se rapprochées de la broche, le travail des bijoutiers étaient en bronze et en argent doré

Donnant une grande importance à la ceinture, ils développèrent tout un art autour de cet objet avec breloques et autre objets important à la toilette.

Les carolingiens n'apportèrent rien à la bijouterie et firent même disparaître le collier.
 

Le moyen âge :

Période incontestée de l'art décoratif, le bijou est tombé dans l'ombre du moyen âge au profit de l'art religieux.

La fibule³ devenue agrafe puis fermail au moyen âge en fut sa décadence.

La mode est à la pierre fine, anneaux, jaserans, carcans, escarboucles, rubis, diamants, saphir, émeraudes, turquoises, grenats, agates, béryls et perles.

Le bracelet complètement abandonné ne reviendra qu'au XIV siècle par les femmes qui firent porter aux hommes un bracelet en or au bras gauche (signe de leur fidélité) puis sera repris par les femmes à partir du XV siècle, période qui sonnera le retour du bijou et du métal précieux.

Les bijoutiers peuvent alors s'adonner à la création, on invente des formes et des rôles aux bijoux qui retrouve ses lettres de noblesses (bagues, collier, bracelets, peignes, chaînes, pendentifs, couronnes, épingles, couvre-chef, couteaux....), la noblesse y cède tous caprices.

En revanche pour les boucles d'oreilles la coiffure des dames ne s'y prêtent pas.
 

³Fibule : c'est une agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d'un vêtement. 

 

La renaissance :

La période de la renaissance est pour le bijou la définition de l'antiquité mélangé à la nature.

Cela se retrouve fortement dans les bagues, les pendants de cou et les pendant d'oreilles,

Il en suivra une période énormément riche en travail de finesse, de ciselures, de repoussés et de travail de la sculpture du bijoux avec les visages, les bustes et le travail énorme accompli sur les bagues tous types confondue.

Un point d'honneur sera apporté sur les ceintures et plus particulièrement les boucles de ceintures avec un travail monumental d'un finesse exceptionnelle sur un objet qui fini en était un bijou de toute part.

Les travaux à la lime semblent avoir pris alors une importance exceptionnelle et avoir atteint un développement et une perfection précédemment inconnus, s'il n'y en a aucune trace dans l'antiquité, nous sommes redevables de cette invention aux artisans de la fin du moyen âge.
 

Les bijoux au XVII siècle :

Le 17ème fût marqué par la débauche sur les pierres de grosses tailles, plus elles pouvaient l'être mieux cela était.

Le travail des bijoutiers fût tourné sur le travail des chatons¹ devant laissés la place à vue des pierres, facettes des diamants et laisser passer la lumière pour en faire ressortir les éclats.

Ce siècle sera aussi marqué par un décret visant à protéger la monnaie de l'époque en or du manque flagrant de métal précieux du à la consommation sans limite du luxe dont on devait s'afficher dans la noblesse.

Cela marquera aussi la période de l'utilisation des fausses pierres, de l'abandon du collier trop coûteux au profit de la broche.

Période qui ne durera que quelques dizaines d'années, le luxe revenant à grand pas au grand malheur du roi dont les mines de Golconde inondaient le continent de diamants

 

¹Chatons : c'est plus vulgairement la tête de bague, la partie supérieure centrale de la bague qui accueille la pierre précieuse, celui-ci peut avoir des formes diverses.
 

Le XVIII siècle :

Ce siècle fut l’avènement des colliers de perles car elles étaient en abondance, elles entourent les plaquettes d'or, les pierres précieuses, les visages....

Ce fût aussi le départ des faux bijoux avec un alliage de métal créé par Renty et perfectionné par le fondeur du roi, Leblanc qui lui donna toute les apparences de l'or ''le similor''.

Les boucles d'oreilles toujours dans l'oublie sauf quelques montures célèbres, c'est autour des boutons, les boutons d'habits devenu de véritables bijoux, des œuvres d'art avec des visages, des paysages, des pierres précieuses, des perles, des verres, une invention dont les bijoutiers ne savaient plus ou donner de la tête tellement la demande étaient devenue importante.

Les boutons devenus folie des hommes et des femmes, le bracelet disparu, c'est dans la châtelaine¹ que les bijoutiers ont pu laisser libre court à leur imagination....
 

¹Châtelaine : crochet ou un fermoir de ceinture décoratif portée à la taille, auquel est suspendue une série de chaînes. Chaque chaîne est montée avec des appendices domestiques tels que des ciseaux, des dés à coudre, une montre, des clés, des étuis à aiguille etc....
 

Le XIX siècle :

C'est le siècle de la morosité bijoutière, celui ou le bijou créatif, le bijou artistique, le bijou créé de toute pièce a sombré au profit de copies en tout genre, la clientèle demandant des copies ou inspiration de bijoux des siècles passés, des bijoux sans âme...

Seul quelques bijoutiers sortirent du lot mais rien ne marquera vraiment le 19ème siècle.
 

Le XX siècle :

C'est le siècle du renouveau, tout l'opposé du 19ème, c'est l’avènement de la haute joaillerie, de la bijouterie débridée de son passé, de ces imitations, les boucles d'oreilles ont enfin trouvés leur public avec les coiffures dégageant enfin les oreilles.

Un art nouveau, moderne, coloré avec des topazes, aigues-marines, saphir, rubis, œil de tigre, cristaux, citrine, de l'or blanc mêlé au diamant, le platine qui remplace l'argent pour libérer les pierres au maximum.

Le bijou du 20ème siècle a suivi le mouvement de la Femme avec ses icônes et ses stars, les grandes maisons de bijoutiers/joaillier s'associant aux célébrités ont porté le bijou au sommet de son art.

 

Quels héritage nous reste il ?

Aujourd'hui le bijou est toujours sur la lancé de la créativité, de l'originalité, mélangé à la responsabilité et l'avenir de notre planète avec des créateurs comme nous, mêlant upcycling, créativité et travail à la main afin de vous offrir des bijoux avec une empreinte carbone très faible voir nulle ainsi que des bijoux respectueux de votre corps et votre peau.
 

Quels sont les bijoux tendance ?

Les bijoux tendances le sont surtout par leur matière, de nos jours ce sont les matières organiques et naturelles qui sont à privilégier.

Pendentifs, bracelets, boucles d'oreilles, la nature nous offre tout ce qu'il faut pour vous rendre heureux, à nous de vous créer des bijoux à haute valeur environnementale et chez Koalashop c'est le cœur de notre métier : création et respect de notre planète.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.